De ses agiles ailes, la dinde survole l’Alsace. Armée de fourchettes pêle-mêle, elle décrit sans menace.
Restaurants à strasbourg et environs
Header image

Retour un soir au Renard Prêchant après plusieurs années d’absence.
Cadre inchangé, convivial, présidé par son immuable renard et canard empaillés. D’entrée, personnel très sympathique.
Pour commencer, nous avons commandé un presskopf.
Un peu gelatineux, mais bon goût et accompagné d’une petite salade verte agrémentée de lamelles d’oeufs durs. A ajouter au top 5 des bons presskopf de Strasbourg pour son bon rapport qualité-prix. Celui du pont du Corbeau garde pour le moment la première place!

Presskopf

Pour suivre, une bonne salade de pot-au-feu inscrite au menu du jour. Nous ne sommes pas dans la qualité de celle du Pont du Corbeau et de ses généreux morceaux de viande mais le rapport qualité prix est également très bien.

salade de pot-au-feu

La déception vint du wädele et ses pommes sautées. Jambonneau sec et filandreux et pommes de terres un peu gorgées d’eau de cuisson.

Wädele

Winstub sympathique malgré tout qui propose une cuisine alsacienne traditionnelle généreuse mais assez inégale. Bon rapport qualité-prix. Il faut relever qu’après avoir signalé le jambonneau, le dessert nous fût offert ( à savoir un Irish coffee).

presskopf: 6,80 €

jambonneau grillé: 12,70 €

salade de pot-au-feu: 13,20 €

Irish coffee: 7,50 €

pression: 2,85 €

note: 6,5

34, rue de Zurich
67000 Strasbourg


Agrandir le plan

Repas entre amis un mercredi soir à la Table de Louise, le troisième restaurant de ce nom après celui de Colmar et Habsheim. Il a été ouvert en janvier 2011 par la même équipe, celle de Philippe Bohrer ( bien connu à Rouffach)

Grande terrasse donnant sur la rue du Vieux Marché aux poissons. Nous nous sommes assis à l’intérieur. Décoration soignée un peu dans le style moderne baroque, sièges rouge en skaï qui au bout de 1h de repas viennent à bout de tous vêtements au préalable secs.

Plusieurs plats furent commandés à la table. Pour ma part, les bouchées à la Reine. Le serveur précisa qu’elles étaient accompagnées d’un jus biscaïen et de bouts d’écrevisses.

Bouchées à la reine

Pâtes terriblement sèches et collées recouvertes d’une chapelure encore plus sèche. Vol-au-vent vraiment pas grand et sec rempli de très peu de garniture. Quelques minutes plus tard, un supplément de sauce arriva, mais bizarrement ce fut cette fois-ci celle des bouchées à la Reine traditionnelles. Pas très cohérent. Bon vous l’avez compris, ensemble assez moyen, même si les deux sauces en question étaient assez bonnes mais manquant de générosité. On est loin de celles du restaurant Côté Cour de Colmar

A la table, une daurade royale sur un risotto, et une salade estivale. J’ai uniquement goûté le risotto qui fut réussi.

salade estivale

Daurade royale

Pour finir, deux desserts. Une salade de fruits maison, catastrophique, insipide, arrosée d’un jus de melon digne d’une conserve. Et un « souvenir d’enfance »: brochette de guimauves et pastèque et deux petites sauces en accompagnement, caramel et coulis de fraise. Pas mal, mais beaucoup trop cher.

Souvenir d'enfance

Le tout fut accompagné d’un Saint Joseph blanc Les Challeys 2009, très bon.
Bilan: repas dans le style brasserie traditionnelle mais qui se veut plus haut-de-gamme. Cependant, il manque beaucoup de fraîcheur et de maîtrise dans cette cuisine.
Aucun geste de la maison suite à la déconvenue signalée du dessert. Avons attendu 20 min l’addition, personnel débordé.

Bouchées à la Reine: 16,90 €

Daurade royale: 16,40 €

Vin: 33,75 €

Salade de fruits: 5 €

« Souvenir d’enfance »: 6,70 €

note: 6/10


Agrandir le plan