De ses agiles ailes, la dinde survole l’Alsace. Armée de fourchettes pêle-mêle, elle décrit sans menace.
Restaurants à strasbourg et environs
Header image

Ce midi, rendez-vous au restaurant le Buerehiesel dans le très beau cadre du Parc de l’Orangerie pour déguster le menu Affaires.
En amuse-bouche, une émulsion de pomme de terre aux escargots.

amuse-bouche

Puis en entrée, un effilochée de chair de tourteau, jeune poireaux aux oeufs de hareng et de caille.

Effilochée de chair de tourteau

Puis, un quasi de veau rôti, gratin de macaroni au parmesan et pousses d’épinard.

Quasi de veau rôti

et pour finir, une zuppa inglese à la rhubarbe d’Alsace.

zuppa inglese à la rhubarbe

Le tout fut accompagné d’un verre de Costières de Nimes blanc de 2010, puis d’un verre de rouge, Château l’Engarran 2009
Final avec un café très richement accompagné d’orangettes, truffes, nougats, et fins gâteaux à la cannelle.

café

Bilan des courses: petit bémol pour le plat principal. La cuisson du quasi de veau fut un peu trop longue (contrairement aux assiettes de la table voisine), la viande fut donc un peu sèche. Le gratin de macaroni l’accompagnant n’était pas exceptionnel

Amuse-bouche, entrée et dessert furent très bons.

menu Affaires: entrée+plat+dessert: 35 €

verre de Costières de Nimes: 6€

verre de Château l’Engarran: 7€

note: 7,5/10

4, parc de l Orangerie
67000 Strasbourg


Agrandir le plan

Pour fêter un anniversaire nous sommes allés au Cerf à Marlenheim. L’idée fut le menu pour deux dit « l’invitation gourmande » qui propose 5 assiettes accompagnées de vins.
Pour commencer, deux coupes de champagne.

Champagne

Puis vint la première assiette, un espuma de pâtisson agrémenté de germes de cressons et de pétales de fleurs.

Espuma de pâtisson

Puis une assiette présentant des tranches de thon cru légèrement poêlées accompagnées de maki de quinoa et un espuma acidulé.

Thon cru poêlé et maki de quinoa

Pour suivre, des goujonnettes de saint-pierre en papillotes de fleurs de courgette et des piccatas de courgettes dans une croûte de parmesan avec une petite ratatouille croquante aux olives noires.

goujonettes de Saint-Pierre

Puis, de la biche aux airelles, avec une petite purée de céleri et des spätzles.

Biche aux airelles

Puis pour finir une petite assiette de fromages avec confiture d’églantine et de mûre

Assiette de fromages

et le dessert fut une figue rôtie à la cannelle, sur un sablé au son d’avoine, et un vin chaud en espuma, le tout accompagné d’un sorbet à la pêche de vigne

Figue rôtie à la cannelle

En tout, il y eut 3 verres de vin ( 2 blancs et 1 rouge) plus le champagne. J’ai relevé ceux qui m’ont plu.
En vin blanc, un Saint Véran les Chailloux, domaine de Beauregard 2010, de chez Joseph Burrier
En rouge, un Côte du Roussillon, Mas Amiel, Le Plaisir 2007

Le meilleur plat fut le thon pour ma part, très réussi, parfaitement équilibré. Les assiettes sont devenues moins savoureuses vers la fin. Le fromage fût sans plus, et le dessert vraiment moyen, étouffe-chrétien, à part l’espuma de vin chaud plutôt bon.

Le sentiment que j’ai un peu eu c’est une volonté de coller peut-être un peu trop à la tendance de la cuisine aux fleurs et moléculaire. Sur la moitié des assiettes proposées, il y eut un espuma ou des pétales de fleurs. Vraiment pas nécessaire je trouve, surtout que les fleurs n’apportent réellement rien au goût dans ce type de plats. Quelques fausses notes également comme les piccata de courgettes bien pataudes en bouche avec un goût bien trop fort de parmesan qui ont failli avoir la peau du pauvre et délicat Saint-Pierre qui n’en demandait pas tant !

Et fait à relever, et qui me rend fort perplexe, pourquoi avons-nous été si assoiffés pendant des heures après ce repas. Ce n’était pourtant pas un restaurant chinois!

Par ailleurs, je pense qu’il vaut mieux choisir des plats à la carte qu’un menu dégustation.

menu pour deux à 234€

note: 7,5-8/10

30, rue du Général de Gaulle

67520 Marlenheim

 

Agrandir le plan

Au coeur de la vieille ville de Colmar, l’atelier du peintre est un restaurant très agréable, sobre et chic. La décoration y est moderne mais chaleureuse et le service est professionnel tout en étant décontracté.
Petite terrasse donnant dans la rue Schongauer. Le restaurant a reçu 1 étoile au Michelin 2011.
Menu déjeuner à 23 €, comprenant entrée, plat et dessert.
A notre arrivée, une petite mise en bouche: encornets marinés, sablés au parmesan et tapenade, et gaspacho au de lait de coco.

mises en bouche

Puis, en entrée, un gaspacho de petits pois et foie gras avec un oeuf poché et une émulsion amande

gaspacho de petits pois

puis en plat principal, un filet de canard rôti sur une étuvée de choux au lard accompagné d’un chutney d’abricots, avec un jus au vin de Xérès.

filet de canard rôti

En dessert, une panacotta vanille, cerises et pastèque au jus de framboise surmonté d’un sorbet jasmin.

Panacotta

Ma voisine de table prit l’autre dessert proposé au menu:
Le vacherin chocolat, glace nougatine et sauce café.

vacherin chocolat

Cuisine élégante, inventive, fine et harmonieuse, riche en arômes, produits frais et tout en légèreté.

Excellent rapport qualité-prix.

Pour le déjeuner, mieux vaut arriver autour de midi, car à 13h il y a beaucoup de monde, et le service est un peu lent.

Menu déjeuner à 18 € les deux plats ou 23 €  les 3 plats.

note: 8/10

1, rue Schongauer
68000 Colmar


Agrandir le plan